Selon Keegan : recette du pouding chômeur

Servi à notre salle à manger, le pouding chômeur (aussi appelé pouding du chômeur) est l’un des desserts les plus appréciés du Canada. Par son histoire, il prend ses sources au Québec lors de la crise de 1929. Ce sont des ouvriers qui tentaient de concocter, suite à une situation quasi difficile, une recette avec des ingrédients peu coûteux.

Aujourd’hui si connu, plusieurs variations du pouding chômeur se font ici et là, dépendamment des personnes et surtout des générations. À des occasions particulières comme des anniversaires ou encore la Saint-Valentin, en servir est un classique généralement fort apprécié.

Tantôt accompagné de raisins, tantôt fait sans œufs, c’est une recette de troisième génération que nous proposons ici, issue de l’arrière-grand-mère de Keegan, notre chef cuisinier. Rassurez-vous, vous n’aurez pas besoin d’en être un pour lae reproduire, tant elle est facile d’exécution.

Pour la recette, voici les ingrédients dont vous aurez besoin : de la farine, du sucre, du beurre, de la poudre à pâte, du lait, de l’eau froide, du sucre brun et d’un peu de volonté.

Alors, il faut exactement :

  • 1 tasse de farine
  • 1/2 tasse de sucre
  • 3 c. à soupe de beurre fondu
  • 1-1/2 cuillères à soupe de poudre à pâte
  • 3/4 tasses de lait
  • 1 tasse d'eau froide
  • 1 tasse de sucre brun
  • 2 cuillères à soupe de beurre
  • 1 pincée de volonté

Pour la cuisson, il vous faudra :

Premièrement, mélangez dans un saladier les 5 premiers ingrédients afin de former une pâte bien épaisse, ensuite versez-la au fond d’un plat de 8 x 8 ou 9 x 9 pouces.

Deuxièmement, dans un autre contenant, mélangez votre tasse d’eau froide, votre beurre et votre cassonade. Faites chauffer le tout! Puis, versez-le à la pâte faite précédemment.

Troisièmement, portez ce tout au four et faites-le cuire (ce ne sera pas bien long!) pendant 30 à 40 minutes.

Quatrièmement, laissez refroidir quelques minutes. Puis c’est prêt!

Bon appétit!

VOICI NOTRE NOUVEAU CHEF EXÉCUTIF KEEGAN GILCHRIST

image du CHEF EXÉCUTIF KEEGAN GILCHRIST

 

Du haut de ses 6 pieds 9 pouces, le chef Keegan Gilchrist s’impose dans la cuisine, même quand il ne tient pas un couteau dans ses mains. M. Gilchrist est aujourd'hui chef exécutif à l’Université d’Ottawa, mais c’est dans le restaurant favori de sa famille qu’il a fait ses débuts en tant qu’apprenti. Il a commencé comme plongeur, puis il a peaufiné ses compétences culinaires en travaillant dans divers restaurants, gravissant les échelons jusqu’à devenir gérant adjoint, chargé de production et du souper.

Originaire d’un coin reculé du Québec, Keegan Gilchrist a grandi sur une propriété au bord d’un lac. De son enthousiasme pour la pêche est née sa passion pour la cuisine qui s’est manifestée très tôt. Enfant, il aimait se promener le long d’un ruisseau qui prenait sa source dans le lac devant sa maison. Il attrapait des truites qu’il rapportait chez lui. Sa mère lui cuisinait ensuite dans une poêle à frire et il l’observait avec un intérêt amusé. Ensemble, ils allaient aussi cueillir des baies sauvages pour faire des tartes aux bleuets et autres pâtisseries fruitées. Keegan Gilchrist a passé son adolescence dans l’Utah (États-Unis), où il a vécu avec une famille mexicaine qui lui a appris la cuisine authentique du Mexique avec des recettes et des techniques transmises de génération en génération. C’est ainsi qu’il a acquis le goût des aliments épicés. Depuis, il s’est perfectionné dans toutes sortes de styles culinaires internationaux.

Communiqué de Michel Guilbeault, vice-recteur associé, Vie étudiante

Le 24 octobre 2018

Bonjour à tous,

Au cours des derniers jours, vous avez été nombreux à nous faire part d’incidents survenus récemment à la Salle à manger du Centre universitaire. Je tiens à vous remercier de nous informer de ce genre d’incidents. À titre de détenteur de forfait alimentaire, vous avez droit à une offre de service de qualité et nous avons manifestement manqué à cette obligation.

Sachez que l’Université d’Ottawa et son fournisseur, Chartwells prennent l’entière responsabilité pour les critiques soulevées à l’égard de la qualité de la nourriture servie sur le campus. Il est évident que des améliorations aux services alimentaires sont nécessaires. Nous sommes résolument engagés à faire mieux et pour ce faire, nous avons pris les mesures suivantes :

  • Notre équipe revoit ses procédures et méthodes de préparation de la nourriture à la Salle à manger afin d’apporter les mesures correctives appropriées;
  • Nous allons aussi revoir la présentation de la nourriture afin de rendre votre expérience plus satisfaisante;
  • Une formation supplémentaire sera donnée aux employés qui en ont besoin;
  • Comme tous les établissements dans le domaine de l’alimentation, nous travaillerons de près avec les experts de Santé publique Ottawa pour continuer à répondre et même dépasser les normes de salubrité des aliments;
  • Le service à la clientèle sera bonifié et notre personnel sera plus présent sur le plancher pour répondre rapidement à toute situation problématique que vous pourriez identifier;
  • Nous profiterons de l’occasion pour examiner en profondeur, de manière proactive, nos méthodes de travail dans les autres points de services alimentaires gérés par les Services alimentaires.

S’alimenter sur le campus fait partie intégrante de l’expérience étudiante et nous visons à ce que tout soit à la hauteur de vos attentes. Notre objectif est d’améliorer sans cesse nos services, en travaillant de façon transparente et en collaboration avec la population étudiante.

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires en tout temps. Vos suggestions sont importantes afin de nous permettre d’ajuster constamment nos opérations afin de les améliorer.

Toute l’équipe des Services alimentaires est mobilisée et je serai moi-même présent à la Salle à manger, dès votre retour de la semaine de lecture, afin de recueillir vos commentaires et préoccupations.

 Au plaisir de vous y voir.

 

Michel Guilbeault

Vice-recteur associé, Vie étudiante

Le Growcer : Une technologie agricole fûtée

Le Growcer

Une technologie agricole fûtée

Créé en 2015 par Corey Ellis and Alida Burke, des étudiants de l’Université d’Ottawa, le projet The Growcer, qui a pour but de réduire l’insécurité alimentaire partout dans le monde, facilite actuellement l’accès à des fruits et des légumes frais dans le Nord ainsi que dans des quartiers urbains défavorisés du Canada. The Growcer donne une deuxième vie à des conteneurs en les transformant en des fermes modulaires de pointe qui combinent la culture hydroponique et le contrôle du climat pour permettre aux fermiers, actuels et apprentis, de faire pousser des fruits et des légumes frais facilement.

L’Université d’Ottawa est fière d’être le premier établissement d’enseignement postsecondaire du monde à avoir un tel conteneur sur son campus. Cela a été rendu possible grâce à un partenariat avec Chartwells, le fournisseur de services alimentaires de l’Université, dans le cadre du programme S’investir pour l’avenir.

La variété de laitues et de fines herbes qui seront cultivées dans ce gros conteneur seront cueillies et servies à la Salle à manger 24/7.

Découvrez comment les étudiants de l’Université d’Ottawa et d’autres partenaires clés s’attaquent au problème mondial de l’insécurité alimentaire un conteneur à la fois!

Haut de page